Les préjudices moraux

Le lieutenant-général Roméo Dallaire, fondateur de l’Institut Dallaire, a dirigé les troupes de maintien de la paix des Nations Unies au Rwanda lors du génocide de 1994 contre les Tutsi qui a coûté la vie à près d’un million de personnes en 100 jours. À cette époque, peu de personnes hormis les militaires avaient conscience des graves préjudices psychologiques et moraux que pouvaient causer le fait d’être témoin de telles atrocités. L’expérience du général Dallaire a aidé à déstigmatiser les blessures de stress opérationnel, potentiellement dévastatrices, auxquelles de nombreux militaires ont été confrontés en terrain d’opérations. 


Participant(e)s à une étude de recherche demandés

L’Institut Dallaire, en partenariat avec CAMH et MacDonald Franklin Operational Stress Injury Research Centre, mènent des recherches sur les expériences des militaires ayant été en contact avec des enfants* recrutés et utilisés comme soldats. Pour poser sa candidature à l’étude et plus de détails, veuillez consulter l’affiches ci-jointe.

Nous sommes à la recherche de personnes répondant aux critères suivants pour participer à l’étude:

– membres retraités.es des Forces armées canadiennes

– avoir au moins 18 ans et vivant au Canada

– avoir vu des enfants* recrutés et utilisés comme soldats ou avoir été en contact avec de tels enfants

La recherche vise à modeler et améliorer les stratégies de formation, de politique et de prévention pour mieux préparer le personnel à des missions complexes et améliorer les soins aux militaires vivant avec des blessures morales.

Si vous voulez participer ou souhaitez en savoir davantage, veuillez communiquer avec Stephanie Belanger par téléphone, au 613-539-2936 ou, par courriel, à [email protected]a.

*Selon les Principes de Paris, un « enfant associé à une force armée ou à un groupe armé » est toute personne âgée de moins de 18 ans qui est ou a été recrutée ou employée par une force ou un groupe armé, quel que soit la fonction qu’elle y exerce et celles qui accompagnent ces groupes autrement qu’en tant que membres de la famille. Il peut s’agir, notamment mais pas exclusivement d’enfants, filles ou garçons, utilisé comme combattants, cuisiniers, porteurs, messagers, espions ou à des fins sexuelles ou qui y sont par mariages forcés. Le terme ne désigne pas seulement un enfant qui participe ou a participé directement à des hostilités.